Archives de décembre 2011

Le DRM social dans les circuits propriétaires

Depuis le début de l’aventure immatériel·fr et même avant lorsque nous avons lancé le numérique chez O’Reilly France, nous militons en faveur d’une protection moins contraignante que le DRM : le tatouage (ou watermark). Il s’agit d’insérer dans le fichier des informations concernant l’acheteur : cette solution est un compromis entre le désir de protections des ayants droits et l’accessibilité pour les lecteurs, puisqu’elle n’impose aucune contrainte particulière à celui qui l’utilise.

L’écosystème du livre numérique a beaucoup changé depuis : de nouveaux acteurs tel qu’Apple, Amazon et Kobo se sont lancés sur le marché français. Travaillant dans leurs propres circuits, ces revendeurs requièrent les fichiers des éditeurs et proposent des systèmes hétérogènes en imposant ou proposant leurs propres DRM. Aucune possibilité de tatouage, appelé aussi "DRM social". Seules subsistent deux possibilités : avec DRM Adobe ou propriétaires, ou aucune protection.

Quels DRM chez Apple, Amazon et Kobo

Bien sûr, la plupart des clients détenteurs des machines Apple, Amazon ou Kobo ne distinguent jamais la présence de  DRM quand il y en a. Tant que le client reste dans l’écosystème de ces revendeurs, lectures et navigation sont parfaitement étudiées pour qu’ils n’aient pas à en sortir. Cependant, pour éclaircir le sujet, voici ci-dessous quelques précisions illustrées sur les conditions de la présence ou non de DRM chez ces revendeurs :

Dans ces conditions, l’approche pédagogique de protection que nous proposons aux éditeurs n’est plus applicable mais les auteurs n’en restent pas moins demandeurs d’une garantie toute légitime concernant la protection de leur ouvrage. Et pour les auteurs, il y a un gouffre entre "tatouage" et "rien du tout". En tant que distributeur, nous devons nous mettre au diapason de ces revendeurs et sous-classons donc systématiquement les protections "tatouage" en protection "DRM".

Mais alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Si le client ne veut pas se voir imposer de DRM propriétaires, rien ni personne ne l’empêche d’acheter ses livres numériques chez un autre libraire. Bien qu’une partie non négligeable de l’offre numérique française soit entravée par des DRM, il n’en est pas moins possible de lire ces fichiers sur des appareils mobiles si on est prêt à y passer un peu de temps. L’application BlueFire Reader permet par exemple de lire des fichiers avec DRM sur iPad, iPhone ou plus généralement sur des tablettes Android, à l’instar du Français Mantano.

Heureusement, un nombre croissant d’éditeurs choisissent aujourd’hui de ne pas mettre de DRM sur leurs livres. Si l’offre ne contient que l’ePub, il trouvera sur internet de nombreux logiciels pour transformer des fichiers ePubs en mobipocket, qu’il pourra mettre sur son Kindle.

Mieux, cette approche facilite largement les offres multi-formats (= sous un ISBN, le client reçoit plusieurs formats de fichiers). Ainsi, lorsqu’il commande en librairie, le client dispose de plusieurs liens de téléchargement : ePub, PDF, mobipocket, streaming, mp3, qu’il est libre d’utiliser sur les supports de son choix.

L’équipe d’immatériel·fr

Pourquoi Apple fait confiance à immatériel

Cela fait maintenant un an et demi que nous travaillons en étroite collaboration avec Apple. Dès la sortie de l’iPad et de la boutique iBookstore française en mai 2010, nous avons considéré Apple comme un revendeur majeur de livres numériques, ce que nos éditeurs vérifient chaque jour.

Fort de cette collaboration, nous sommes heureux d’annoncer qu’Apple nous considère à présent comme Approved Aggregator. Immatériel.fr devient, avec le distributeur allemand Bookwire, l’un des deux « agrégateurs » européens.

Ce n’est pas la simple faculté d’entreposer et de transférer des fichiers qui a conduit Apple à nous faire confiance. La plate-forme de distribution numérique d’immatériel.fr permet d’agréger et de synchroniser en temps réel à la fois les flux de fichiers et de métadonnées, non seulement à destination des 32 iBookstores de par le monde mais aussi vers les plates-formes d’Amazon, FnacKobo et la plupart des libraires français et suisses.

Chaque revendeur ayant ses propres contraintes, la valeur ajoutée d’un distributeur numérique est de prendre à sa charge toute la logistique et de permettre à l’éditeur de mettre en place sa stratégie de diffusion dans les meilleures conditions. Au fil des ans, nous avons mis au point des outils logiciels puissants, qui optimisent les données et fichiers en fonction de ces différents canaux et avertissent nos éditeurs en cas de problème, afin de toujours assurer le bon déroulement des mises en vente.

Cette interface complète permet aussi aux 150 éditeurs et diffuseurs qui nous ont choisis (plus de 16 000 titres à ce jour) d’accéder à leurs flux comptables, de croiser les données de ventes en provenance de chaque revendeur pour chaque marque d’édition, données qui leur parviennent le plus souvent en temps réel (pour les libraires) ou à J+1 (Apple, Amazon, …).

Aux éditeurs qui souhaitent profiter dès maintenant de ce savoir-faire, rendez-vous sur la nouvelle page d’inscription créée pour l’occasion, ou par mail pour plus d’informations.


décembre 2011
L Ma Me J V S D
« oct   jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 27 followers