Posts Tagged 'diffusion et distribution'

Pas frais mon pourcentage ?!

La discussion sur la répartition des bénéfices entre les différents acteurs de la chaîne du numérique a repris de la vigueur suite aux débats de la semaine dernière au Forum « La Révolution numérique de l’auteur » organisé par la SGDL. L’annonce récente faite par Google, confirmant qu’ils comptaient devenir acteurs à part entière de l’édition numérique en 2010, a certainement contribué à raviver les discussions.

Commençons par remarquer que les seuls produits numériques de l’édition à propos desquels notre village gaulois s’autorise un avis sont les équivalents fichier des livres imprimés, tout en admettant que puissent coexister deux variantes : les formats PDF et ePub. En revanche, les travaux littéraires menés à travers l’Internet, via blogs et réseaux sociaux, ne sont pas pris en compte dans les discussions, pas plus que les propositions des bibliothécaires, qui sont pourtant prêts à discuter avec les éditeurs de nouveaux services de lecture pour leurs usagers.

Pour résumer : les (futurs) lecteurs n’envisageraient pas de les payer plus de 70% du prix du papier ; les libraires ne voient pas pourquoi leur marge serait réduite de 10% ou 15% sous prétexte que manutention et gestion des stocks leur serait épargnée ; et les auteurs saisissent l’occasion pour revendiquer mieux que les 10% actuels, sachant que papier ou pas, ils restent ceux qui y consacrent le plus de temps. Les autres acteurs sont généralement considérés comme des parasites.

Chacun affûte donc ses pourcentages, un instrument bien pratique pour se quereller. Je vous propose juste un petit break, histoire d’appliquer ces proportions aux quantités effectivement vendues. Let’s do the math, dirait notre ancien boss Tim O’Reilly.

Rappelons que pour un livre papier à 20€ TTC qui se vend à 1000 exemplaires par an (c’est-à-dire peu), l’éditeur laisse en moyenne 35% aux libraires. Il lui reste donc pour rémunérer ses employés et le reste de la chaîne : (1000 × 65% × 20€) / 1,055 hors taxes, soit environ 12300€, les libraires se partageant un peu plus de 6600€. [Comme le fait remarquer Aldus en commentaire, c'est déjà à peine suffisant pour survivre.]

Pour le même livre numérisé à 14€ TTC — les 20€ ci-dessus moins les 30% requis au nom de frais d’impression inexistants, d’un coût amorti en grande partie par les ventes papier, ou plus simplement pour compenser la perte de confort pour le lecteur —, qui se vend à 100 exemplaires par an (c’est-à-dire très bien, le best-seller de notre boutique s’étant vendu à 99 exemplaires depuis le mois de mars !), un éditeur qui laisserait 20% de remise de base à ses libraires récupèrerait : (100 × 80% × 14€) / 1,196 hors taxes soit 936€. Quant aux libraires, ils se partageraient 234€.

16 fois moins de revenu à se partager, voilà la réalité actuelle pour un livre numérisé. Même en conservant les 35% de remise habituels pour le papier, les libraires grapilleraient royalement 410€ par an.

Le même calcul cruel s’applique bien sûr à tous les acteurs de la chaîne. Avec des quantités si faibles, personne ne gagne encore d’argent, et les coûts fixes, au lieu d’être amortis par les quantités vendues, plombent les comptes et empêchent les éditeurs de se lancer. On voit bien que baisser le taux de TVA pour les produits culturels ne sera pas suffisant : même avec un taux ramené à 5,5% (configuration idéale), le livre numérisé resterait 14 fois moins rémunérateur que le livre papier.

Pour retrouver les ordres de grandeurs auxquels nous a habitué le papier et relégitimer nos disputes sur le partage des revenus, il faudrait donc commencer par réfléchir aux moyens de décupler la diffusion du numérique payé. Dans un prochain article, nous passerons en revue les différentes options qui s’offrent à nous. D’ici là, si vous avez un avis sur la question, vous êtes bienvenu !

xavier@immateriel.fr

FAQ revendeurs

Le rachat de Lexycle (les développeurs de Stanza) par Amazon nous donne une nouvelle occasion de rappeler que l’édition numérique ne se développera pas à partir de quelques sites imposant aux éditeurs et aux lecteurs tel ou tel standard de lecture.

Chez immatériel‧fr, notre vision de l’édition numérique, ce n’est pas un marché régenté par trois ou quatre points de ventes comme iTunes, Amazon ni même libraire.immateriel.fr ! Ce sont plutôt les 10000 points de ventes en France qui savent ce qu’est un livre (y compris ces trois-là).

Pourquoi ce modèle fonctionne-t-il ? Ce n’est pas lié au fait que les œuvres soient majoritairement mises à disposition sur papier. C’est parce que derrière chacune de ces devantures se tiennent des personnes qui souvent vous comprennent suffisamment pour vous conseiller, à tout le moins sont capables de vous mettre devant les yeux ce qui leur paraît susceptible de vous intéresser. Que ce service s’appuie sur du papier bien relié ou sur un accès à un univers infiniment cliquable, quelle différence si on n’est pas fétichiste ?

Si vous êtes libraire responsable d’une boutique en ligne ou en dur, et que notre approche (et notre catalogue !) vous intéresse, étudiez notre FAQ : si certaines de vos questions restent encore sans réponse, dites-le nous !

xavier@immateriel.fr

FAQ éditeurs

Si j’en crois nos échanges des dernières semaines avec les maisons d’édition, la plupart d’entre elles commencent à réaliser que leurs clients consacrent une partie croissante de leur temps à lire sur des terminaux qui ne sont pas de papier. Mais avant d’élaborer une offre consistante, beaucoup aimeraient que les libraires fassent le premier pas. Bien sûr, les libraires ont souvent une attitude symétrique. Il faut dire que les uns et les autres ont longtemps été persuadés que tout cela coûtait très cher.

Pendant ce temps, les acteurs de l’édition qui partagent la vision d’immatériel.fr expliquent aux uns et aux autres que se positionner dès aujourd’hui ne coûte au contraire presque rien, et que l’expérience acquise leur donnera un coup d’avance lorsque l’industrie aura basculé.

Heureusement, il existe des éditeurs pionniers comme Publie.net, Digit Books, Eyrolles ou FOOLSTRIP qui se sont engagés dans cette aventure sans état d’âme. Pourtant, avant de nous confier l’intégralité de leur fonds numérique (près de 1000 titres à eux quatre, sans compter les abonnements, dont 350 Eyrolles supplémentaires depuis mercredi !), ils nous ont posé les questions légitimes qui nous ont permis d’affûter notre offre. Grâce leur en soit rendue, ainsi qu’à tous ceux qui se tâtent encore et qui nous forcent tous les jours à reformuler nos réponses :-) Nous avons compilé une FAQ à partir de ces discussions toujours ouvertes. Si vous pensez que d’autres points méritent d’être soulevés, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

xavier@immateriel.fr

Musique en ligne — en finir avec le public ennemi

Vous vous souvenez de la licence globale ? Il y a déjà presque trois ans qu’elle a failli être adoptée par les députés, avant d’être définitivement rejetée un mois plus tard, suscitant une cacophonie où se mêlaient débats légitimes sur l’avenir du droit d’auteur et critiques sur la manière dont le gouvernement traitait le parlement. Cette bataille avait débouché sur l’adoption « en urgence » de la loi DADVSI.

Deux ans et demi plus tard, alors qu’une nouvelle loi dite Hadopi est en préparation et déjà montrée du doigt par le parlement Européen, il n’est plus question de licence globale à l’assemblée nationale, même si d’excellents articles ont continué de creuser la question.

Et pourtant, à lire ci-dessous la proposition que fait Jean Zundel d’un système de distribution de musique au forfait, on se dit qu’il est peut-être temps de relancer la réflexion, à une époque où tout mouvement des industries culturelles semble paralysé par la crainte du piratage.

Jean Zundel <jzu@immateriel.fr> est informaticien, grand connaisseur de l’Internet, spécialiste des infrastructures de confiance (PKI : infrastructures de gestion de clefs, signature électronique, échanges sécurisés). Il travaille actuellement chez OpenTrust (http://www.opentrust.com/) et est aussi musicien : il a sorti plusieurs albums dans le passé sur des labels indépendants, et est toujours en activité (http://myspace.com/youpiyoupiyeah).

Vous pouvez télécharger ici le white paper de Jean Zundel au format PDF. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

xavier@immateriel.fr

Le fonds O’Reilly rediffusé par Ellipses

[Qu'on se le dise : depuis début mars 2009, résurrection progressive des titres numériques grâce à Digit Books !]

La maison d’édition Ellipses s’est finalement portée acquéreuse des ouvrages papier qui étaient bloqués en stock depuis la liquidation des Éditions O’Reilly.

Ce petit article sur le nouveau blog d’Ellipses officialise la nouvelle, mais ne précise pas quand vous pourrez trouver ces livres à nouveau chez votre libraire favori. Si votre libraire s’est déjà renseigné, n’hésitez pas à partager vos informations dans un commentaire !

Autre question en suspens, est-ce qu’Ellipses obtiendra l’autorisation de réimprimer ces ouvrages auprès des auteurs (pour les ouvrages originaux) et/ou d’O’Reilly US (dans le cas des traductions) ? Nous ne savons pas non plus si les versions PDF seront à nouveau disponibles un jour.

À suivre !

xavier@immateriel.fr


juillet 2014
L Ma Me J V S D
« fév    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 27 autres abonnés