Le PDF, ça se vend !

À partir de ventes réalisées sur le site oreilly.fr pendant un an, nous avons pu établir des statistiques de ventes qui donnent une idée du potentiel commercial de l’édition électronique, lorsqu’on le compare à celui de l’édition papier.

Papier versus PDF

Commençons par visualiser les statistiques de vente sur le site de février 2007 à février 2008. L’axe vertical représente sur la Figure 1 la quantité d’exemplaires vendus et sur la Figure 2 le revenu net (hors taxe et déduction faite des remises et frais de port).Notez que les Focus correspondent à notre collection de titres disponibles uniquement au format électronique à des tarifs très bas (entre 8 et 10 €), les PDF quant à eux correspondent aux versions électroniques de nos titres papier. De plus, le prix de vente des versions PDF est entre 75 et 80% de celui de leur version papier.

PDF vs Papier (nombre d'exemplaires vendus)Figure 1

Un petit rappel des événements depuis février dernier :

  • février : début de la mise en vente des Focus sur le site ;
  • mars : mise en vente des livres papier ;
  • avril : mise en vente de certains titres au format numérique ;
  • octobre : mise en vente de tout le catalogue papier et PDF.

Il est intéressant de noter que l’ajout des versions PDF n’a pas fait baisser les ventes de papier : la saison d’automne, traditionnellement bénéfique pour l’édition, a autant profité aux livres classiques qu’aux ouvrages numériques, sans que l’un paraisse mordre sur l’autre.

PDF vs Papier (chiffre d'affaire net)Figure 2

Comme on peut le constater sur la Figure 2, le chiffre d’affaire à quantité égale est légèrement plus faible pour les PDF, du fait de leur prix plus bas.

Proportion CA Papier / PDFFigure 3

Pour cette comparaison du CA, nous reprenons uniquement les chiffres entre octobre et février, période où toute l’offre est disponible : livres papier, livres PDF (Focus compris) et bundles (combinaison papier+pdf d’un même titre). On voit que l’ensemble des formats numériques représente 44% du chiffre.Que peut-on conclure de ces chiffres ? Si plus de 60% de nos clients ont choisi le livre électronique de préférence au papier, c’est qu’il existe bel est bien un public pour les formats numériques payants. Plusieurs facteurs ont sans doute encouragé ce choix :

  • Prix de vente plus faible (entre 75% et 80% du prix papier) ;
  • Disponibilité immédiate du produit ;
  • Possibilité de copier/coller le contenu, ce qui est particulièrement apprécié dans notre secteur ;
  • Fichiers sans DRM, c’est-à-dire sans limitation d’utilisation de l’ouvrage une fois acquis.

Il n’en reste pas moins que la disponibilité de contenu gratuit sur l’Internet n’a pas découragé nos lecteurs d’investir dans du contenu numérique payant. Mieux, il semble que ce format ait attiré de nouveaux clients, au lieu de détourner les clients habituels du papier. Nous reviendrons sur ces aspects qualitatifs dans de prochains articles.

Ventes en librairie versus ventes sur le site de l’éditeur

Reprenons les chiffres entre octobre et février pour comparer les proportions du CA entre les ventes en librairie et les ventes sur oreilly.fr.

stats_libraires_vel_comp2.pngFigure 4 (VEL = Vente en Ligne)

Les ventes sur le site ont représenté environ 12% de l’ensemble des ventes, ce qui le situe au niveau d’un gros libraire (Amazon, Fnac ou Eyrolles). Autrement dit, les ventes de livres électroniques représentent 5% du chiffre global des Éditions O’Reilly.Faut-il en déduire que les ventes de numérique sont négligeables ? Au contraire : ne perdons pas de vue que les livres électroniques ne sont pour l’instant disponibles que sur notre site. Ils ont de fait une distribution très limitée par rapport à nos autres canaux de distribution.La bonne piste consiste sans aucun doute à multiplier ces canaux. On peut facilement imaginer des libraires en ligne (amazon.fr ou fnac.com) proposant les ouvrages dans les deux formats. Mais également les libraires traditionnels, qui pourraient ainsi proposer beaucoup plus d’ouvrages à la vente sans les habituels problèmes liés à la gestion de stock. Enfin, il n’est pas exclu que les relais « communautaires » comme les blogs aient intérêt à devenir revendeurs pour les titres susceptibles d’intéresser leurs lecteurs.  

julien@immateriel.fr

5 Responses to “Le PDF, ça se vend !”


  1. 1 Lambert hugues 14 mars 2009 à 3:20

    Les livres numériques c’est comme la musique, ça se vendra surtout quand il n’y aura plus de drm.
    J’ai essayé d’en acheter (musique et livre) mais j’ai renoncé a cause des drm.
    vouloir vendre quelque chose dont le client ne veut pas ça n’a jamais fonctionné (ça ne fonctionnera pas non plus avec les drms, les clients n’en veulent pas). Pourquoi pas des drm sur les livres papiers avec un livre qui s’autodétruit au bout d’un certain nombre d’utilisation ?


  1. 1 FrAndroid » Développement » “Hello, Android”, un (presque) ouvrage dédié au développement Communauté francophone Android Rétrolien sur 30 avril 2008 à 21:36
  2. 2 O’Reilly France, c’est déjà du passé « immateriel.fr Rétrolien sur 9 mai 2008 à 12:54
  3. 3 Irène Delse » Petit retour sur le BookCamp Rétrolien sur 17 juin 2008 à 20:43
  4. 4 Y a-t-il un avenir pour le livre informatique papier ? Rétrolien sur 1 juillet 2008 à 14:48

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mars 2008
L M M J V S D
    Avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

%d blogueurs aiment cette page :