Posts Tagged 'Vente en ligne'

Forfaits et mensualités

Jusqu’à présent, le catalogue des éditeurs distribués par immatériel.fr ne comportait que des fichiers à l’unité, le plus souvent PDF, mais parfois ePub, voire prc/MobiPocket, généralement mis à disposition par les éditeurs dans la même archive que le fichier PDF. À la possibilité de télécharger ces fichiers, nous ajoutons généralement un accès Web direct depuis notre liseuse en ligne.

Ce système permet aussi aux éditeurs de composer pour vous des bouquets, auxquels le lecteur peut s’abonner pour une durée minimale, et pour un prix équivalent à une fraction du prix de la collection achetée à l’unité. D’ores et déjà, Publie.net et Digit Books proposent l’intégralité de leur fonds sous cette forme. Et, depuis cette semaine, les abonnements annuels sont mensualisables, ce qui devrait permettre à tous d’accéder à ces ouvrages exceptionnels.

Si vous utilisez alternativement plusieurs modes d’accès, n’hésitez pas à nous faire part de votre opinion sur la pertinence de telles offres.

xavier@immateriel.fr

Réamorçage

Il aura fallu neuf mois de gestation à immatériel.fr pour mettre en œuvre l’infrastructure qui avait commencé à prendre forme dans le cocon des Éditions O’Reilly.

Grâce à la confiance de notre premier client éditeur, publie.net, nous avons pu mettre au point un système de distribution numérique moderne, qui permettra aux éditeurs détenteurs de droits numériques de diffuser leurs ouvrages de façon non exclusive, sous toutes les formes envisageables. Quant aux revendeurs, ils peuvent dès maintenant vendre des accès aux particuliers comme aux grands comptes et aux bibliothèques, sans avoir à investir dans de coûteux systèmes informatiques.

Aujourd’hui, nous sommes fiers de vous présenter la partie émergée de l’iceberg immatériel : cette librairie en ligne servira de site de démonstration et vous proposera le catalogue de nos clients éditeurs dès qu’ils seront disponibles. Voici donc pour commencer deux éditeurs que nous apprécions particulièrement :

  • publie.net, la maison d’édition numérique fondée par François Bon, qui accueille avec clairvoyance des écrivains extraordinaires ; ils disent tous des choses vitales sur le monde présent. En osant la nudité du numérique, ils avivent encore leur parole, et la rendent exactement contemporaine. Essayez-donc un texte pour voir : non seulement ça ne coûte pas cher, mais ça enrichit !
  • Digit Books, elle aussi entièrement consacrée aux supports numériques, est fondée par Dominique Buraud, notre ancienne responsable éditoriale chez O’Reilly. Autant dire une cousine ! Dominique commence par nous offrir une belle surprise en ressuscitant la plupart des livres publiés aux Editions O’Reilly, sous de nouvelles couvertures pleines de clins d’œils (voire de private jokes). Nous en proposons aujourd’hui une vingtaine, mais plusieurs dizaines d’autres vont suivre. Et d’autres projets très ambitieux sont en préparation…

Vous trouverez également au gré de vos recherches sur le site des livres gratuits, souvent des classiques du domaine public, reconditionnés par le collectif Ebooks libres et gratuits.

Pour être informé des nouveautés et de l’arrivée des ouvrages de nouveaux éditeurs, nous ne saurions trop vous recommander de vous abonner à nos flux rss, ou à nous suivre sur twitter !

Et bien sûr, si quelque chose vous chiffonne ou si vous souhaitez nous faire part de vos premières impressions, n’hésitez pas : librairie@immateriel.fr.

L’équipe d’immatériel.fr

Le PDF, ça se vend !

À partir de ventes réalisées sur le site oreilly.fr pendant un an, nous avons pu établir des statistiques de ventes qui donnent une idée du potentiel commercial de l’édition électronique, lorsqu’on le compare à celui de l’édition papier.

Papier versus PDF

Commençons par visualiser les statistiques de vente sur le site de février 2007 à février 2008. L’axe vertical représente sur la Figure 1 la quantité d’exemplaires vendus et sur la Figure 2 le revenu net (hors taxe et déduction faite des remises et frais de port).Notez que les Focus correspondent à notre collection de titres disponibles uniquement au format électronique à des tarifs très bas (entre 8 et 10 €), les PDF quant à eux correspondent aux versions électroniques de nos titres papier. De plus, le prix de vente des versions PDF est entre 75 et 80% de celui de leur version papier.

PDF vs Papier (nombre d'exemplaires vendus)Figure 1

Un petit rappel des événements depuis février dernier :

  • février : début de la mise en vente des Focus sur le site ;
  • mars : mise en vente des livres papier ;
  • avril : mise en vente de certains titres au format numérique ;
  • octobre : mise en vente de tout le catalogue papier et PDF.

Il est intéressant de noter que l’ajout des versions PDF n’a pas fait baisser les ventes de papier : la saison d’automne, traditionnellement bénéfique pour l’édition, a autant profité aux livres classiques qu’aux ouvrages numériques, sans que l’un paraisse mordre sur l’autre.

PDF vs Papier (chiffre d'affaire net)Figure 2

Comme on peut le constater sur la Figure 2, le chiffre d’affaire à quantité égale est légèrement plus faible pour les PDF, du fait de leur prix plus bas.

Proportion CA Papier / PDFFigure 3

Pour cette comparaison du CA, nous reprenons uniquement les chiffres entre octobre et février, période où toute l’offre est disponible : livres papier, livres PDF (Focus compris) et bundles (combinaison papier+pdf d’un même titre). On voit que l’ensemble des formats numériques représente 44% du chiffre.Que peut-on conclure de ces chiffres ? Si plus de 60% de nos clients ont choisi le livre électronique de préférence au papier, c’est qu’il existe bel est bien un public pour les formats numériques payants. Plusieurs facteurs ont sans doute encouragé ce choix :

  • Prix de vente plus faible (entre 75% et 80% du prix papier) ;
  • Disponibilité immédiate du produit ;
  • Possibilité de copier/coller le contenu, ce qui est particulièrement apprécié dans notre secteur ;
  • Fichiers sans DRM, c’est-à-dire sans limitation d’utilisation de l’ouvrage une fois acquis.

Il n’en reste pas moins que la disponibilité de contenu gratuit sur l’Internet n’a pas découragé nos lecteurs d’investir dans du contenu numérique payant. Mieux, il semble que ce format ait attiré de nouveaux clients, au lieu de détourner les clients habituels du papier. Nous reviendrons sur ces aspects qualitatifs dans de prochains articles.

Ventes en librairie versus ventes sur le site de l’éditeur

Reprenons les chiffres entre octobre et février pour comparer les proportions du CA entre les ventes en librairie et les ventes sur oreilly.fr.

stats_libraires_vel_comp2.pngFigure 4 (VEL = Vente en Ligne)

Les ventes sur le site ont représenté environ 12% de l’ensemble des ventes, ce qui le situe au niveau d’un gros libraire (Amazon, Fnac ou Eyrolles). Autrement dit, les ventes de livres électroniques représentent 5% du chiffre global des Éditions O’Reilly.Faut-il en déduire que les ventes de numérique sont négligeables ? Au contraire : ne perdons pas de vue que les livres électroniques ne sont pour l’instant disponibles que sur notre site. Ils ont de fait une distribution très limitée par rapport à nos autres canaux de distribution.La bonne piste consiste sans aucun doute à multiplier ces canaux. On peut facilement imaginer des libraires en ligne (amazon.fr ou fnac.com) proposant les ouvrages dans les deux formats. Mais également les libraires traditionnels, qui pourraient ainsi proposer beaucoup plus d’ouvrages à la vente sans les habituels problèmes liés à la gestion de stock. Enfin, il n’est pas exclu que les relais « communautaires » comme les blogs aient intérêt à devenir revendeurs pour les titres susceptibles d’intéresser leurs lecteurs.  

julien@immateriel.fr


octobre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031