Le blog a déménagé

Rendez-vous à notre nouvelle adresse

blog.7switch.com

À bientôt !

Voiture_Déménagement___Terme_moyen_[...]Atget_Eugène_btv1b10506583n

Ce que Xerfi, GFK et l’IDATE n’avaient pas prévu

2012immateriel

Le DRM social dans les circuits propriétaires

Depuis le début de l’aventure immatériel·fr et même avant lorsque nous avons lancé le numérique chez O’Reilly France, nous militons en faveur d’une protection moins contraignante que le DRM : le tatouage (ou watermark). Il s’agit d’insérer dans le fichier des informations concernant l’acheteur : cette solution est un compromis entre le désir de protections des ayants droits et l’accessibilité pour les lecteurs, puisqu’elle n’impose aucune contrainte particulière à celui qui l’utilise.

L’écosystème du livre numérique a beaucoup changé depuis : de nouveaux acteurs tel qu’Apple, Amazon et Kobo se sont lancés sur le marché français. Travaillant dans leurs propres circuits, ces revendeurs requièrent les fichiers des éditeurs et proposent des systèmes hétérogènes en imposant ou proposant leurs propres DRM. Aucune possibilité de tatouage, appelé aussi « DRM social ». Seules subsistent deux possibilités : avec DRM Adobe ou propriétaires, ou aucune protection.

Quels DRM chez Apple, Amazon et Kobo

Bien sûr, la plupart des clients détenteurs des machines Apple, Amazon ou Kobo ne distinguent jamais la présence de  DRM quand il y en a. Tant que le client reste dans l’écosystème de ces revendeurs, lectures et navigation sont parfaitement étudiées pour qu’ils n’aient pas à en sortir. Cependant, pour éclaircir le sujet, voici ci-dessous quelques précisions illustrées sur les conditions de la présence ou non de DRM chez ces revendeurs :

Dans ces conditions, l’approche pédagogique de protection que nous proposons aux éditeurs n’est plus applicable mais les auteurs n’en restent pas moins demandeurs d’une garantie toute légitime concernant la protection de leur ouvrage. Et pour les auteurs, il y a un gouffre entre « tatouage » et « rien du tout ». En tant que distributeur, nous devons nous mettre au diapason de ces revendeurs et sous-classons donc systématiquement les protections « tatouage » en protection « DRM ».

Mais alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Si le client ne veut pas se voir imposer de DRM propriétaires, rien ni personne ne l’empêche d’acheter ses livres numériques chez un autre libraire. Bien qu’une partie non négligeable de l’offre numérique française soit entravée par des DRM, il n’en est pas moins possible de lire ces fichiers sur des appareils mobiles si on est prêt à y passer un peu de temps. L’application BlueFire Reader permet par exemple de lire des fichiers avec DRM sur iPad, iPhone ou plus généralement sur des tablettes Android, à l’instar du Français Mantano.

Heureusement, un nombre croissant d’éditeurs choisissent aujourd’hui de ne pas mettre de DRM sur leurs livres. Si l’offre ne contient que l’ePub, il trouvera sur internet de nombreux logiciels pour transformer des fichiers ePubs en mobipocket, qu’il pourra mettre sur son Kindle.

Mieux, cette approche facilite largement les offres multi-formats (= sous un ISBN, le client reçoit plusieurs formats de fichiers). Ainsi, lorsqu’il commande en librairie, le client dispose de plusieurs liens de téléchargement : ePub, PDF, mobipocket, streaming, mp3, qu’il est libre d’utiliser sur les supports de son choix.

L’équipe d’immatériel·fr

Pourquoi Apple fait confiance à immatériel

Cela fait maintenant un an et demi que nous travaillons en étroite collaboration avec Apple. Dès la sortie de l’iPad et de la boutique iBookstore française en mai 2010, nous avons considéré Apple comme un revendeur majeur de livres numériques, ce que nos éditeurs vérifient chaque jour.

Fort de cette collaboration, nous sommes heureux d’annoncer qu’Apple nous considère à présent comme Approved Aggregator. Immatériel.fr devient, avec le distributeur allemand Bookwire, l’un des deux « agrégateurs » européens.

Ce n’est pas la simple faculté d’entreposer et de transférer des fichiers qui a conduit Apple à nous faire confiance. La plate-forme de distribution numérique d’immatériel.fr permet d’agréger et de synchroniser en temps réel à la fois les flux de fichiers et de métadonnées, non seulement à destination des 32 iBookstores de par le monde mais aussi vers les plates-formes d’Amazon, FnacKobo et la plupart des libraires français et suisses.

Chaque revendeur ayant ses propres contraintes, la valeur ajoutée d’un distributeur numérique est de prendre à sa charge toute la logistique et de permettre à l’éditeur de mettre en place sa stratégie de diffusion dans les meilleures conditions. Au fil des ans, nous avons mis au point des outils logiciels puissants, qui optimisent les données et fichiers en fonction de ces différents canaux et avertissent nos éditeurs en cas de problème, afin de toujours assurer le bon déroulement des mises en vente.

Cette interface complète permet aussi aux 150 éditeurs et diffuseurs qui nous ont choisis (plus de 16 000 titres à ce jour) d’accéder à leurs flux comptables, de croiser les données de ventes en provenance de chaque revendeur pour chaque marque d’édition, données qui leur parviennent le plus souvent en temps réel (pour les libraires) ou à J+1 (Apple, Amazon, …).

Aux éditeurs qui souhaitent profiter dès maintenant de ce savoir-faire, rendez-vous sur la nouvelle page d’inscription créée pour l’occasion, ou par mail pour plus d’informations.

Un portail numérique pour les bibliothèques ? C’est parti !

logopro

C’est avec un grand plaisir que nous vous présentons aujourd’hui la première mouture de notre librairie pro destinée aux collectivités (médiathèques, bibliothèques départementales, bibliothèques universitaires, entreprises, institutions). Sur ce portail sont référencés les quelques 3500 titres des partenaires éditeurs qui nous ont accordé leur confiance en mettant leurs livres numériques à disposition des collectivités, sur le principe d’une offre interprofessionnelle et transparente (voir article précédent).

Et c’est par ici que ça se passe :

http://librairie-pro.immateriel.fr

Collectivités qui souhaitez proposez à vos usagers une collection sur mesure de livres numériques, rendez-vous sur notre librairie pro et sur les pages FAQ, mode d’emploi et contact qui vous permettront de cerner l’étendue de cette offre et d’y souscrire, nous l’espérons !

Revendeurs qui souhaitez proposez ce type d’offres à vos clients Grands comptes, contactez-nous !

Éditeurs, vous souhaitez vous aussi voir votre catalogue disponible dans cette offre aux collectivités ? Contactez-nous.

C’est sur ce modèle que nous comptons depuis quelques jours la Bibliothèque de l’Université de Lausanne ainsi que la Bibliothèque Départementale du Puy-de-Dôme parmi nos abonnés. Bienvenue !

elisa@immateriel.fr

Lecture numérique en bibliothèques

Tandis que la demande en livres numériques ne cesse de croître, les attentes des collectivités suivent naturellement cette tendance : l’enjeu pour la chaîne du livre aujourd’hui est de répondre à ces attentes en proposant des offres numériques sous-droit plus vastes et plus faciles d’accès, écho de pratiques numériques depuis longtemps établies.

Accès en ligne sans téléchargement

Afin de répondre à cette demande, immatériel·fr à développé ces derniers mois un service qui permettra aux collectivités de composer une collection multi-éditeurs de livres numériques et d’en proposer l’accès sous la forme d’un simple site web. Les usagers, reconnus sur place ou à distance grâce à leur carte de bibliothèque, peuvent ainsi accéder en toute sécurité aux contenus choisis depuis tout appareil connecté à Internet.

Conscients des problèmes que poserait la perte de contrôle des fichiers sous-droit en cas de téléchargement, nous trouvons néanmoins peu pertinent de recourir à des systèmes de DRM. Une solution : un système de lecture en ligne assez satisfaisant pour que le téléchargement des fichiers ne soit pas nécessaire. Navigation au sein du bouquet et consultation des ouvrages se font ainsi de manière connectée, sur grands et petits écrans, fixes ou mobiles (ordinateur, smartphone, tablette, e-reader).

Le principe de la lecture en ligne, qui en aval permet aux collectivités d’accéder à un suivi des ouvrages lus, est également un outil précieux pour la gestion des droits.

Lire et naviguer dans un bouquet de livres numériques grâce à un simple navigateur web

Le code HTML contenu dans l’ePub permet un affichage optimal dans les navigateurs web,
meilleur que dans certains logiciels de lecture d’ePub classique

Un produit numérique inséré dans l’interprofession du livre

Parce que tous les acteurs de la chaîne du livre ont vocation à y participer, un tel service peut être revendu par les fournisseurs habituels des bibliothèques (librairies ou agences d’abonnement) au même titre qu’un autre produit numérique.

Nous souhaitons que les intermédiaires historiques du livre puissent réagir à cette demande croissante et proposer ainsi une réponse constructive aux défis lancés par les grands revendeurs étrangers, qui sont en mesure de gérer des quantités, mais peu de qualité en terme de services personnalisés. Or, la qualité de service constitue le fondement de cette offre de bouquets.

Une offre transparente

Pour une intégration naturelle dans la chaîne du livre, cette offre doit être l’écho d’un modèle économique ouvert et transparent.

Dans le cas d’un bouquet mono-éditeur, l’éditeur décide lui-même du tarif d’abonnement. Dans le cas d’un bouquet multi-éditeurs, les tarifs sont fonction du nombre de titres présents dans le bouquet et du nombre d’utilisateurs concernés. Ainsi, la répartition se fera naturellement selon :

  1. la présence de l’éditeur dans le bouquet (en pourcentage du nombre de titres)
  2. le nombre de consultations effectuées sur les ouvrages d’un éditeur.

Des bibliothèques déjà abonnées en France et à l’étranger

Certains éditeurs déjà engagés sont dores et déjà présents en collectivités dans des bouquets multi-éditeurs : HEC Paris, Paris Descartes, Nancy I et Université de Lausanne. Les abonnés se montrent satisfaits du modèle d’accès, et beaucoup de nouvelles collectivités sont demandeuses. Parallèlement, l’éditeur publie.net pratique depuis longtemps cette politique d’abonnement et compte déjà une trentaine d’établissements abonnés dont :

Éditeurs, distributeurs, libraires : nous sommes prêts à  travailler avec vous à une offre numérique cohérente et attractive pour les collectivités, en nous appuyant sur les principes fondateurs du circuit du livre français.

elisa@immateriel.fr

Le hub Dilicom : au service de la librairie numérique

On nous demande parfois à quoi sert d’avoir une boutique en ligne lorsqu’on est distributeur. En premier lieu, comme l’explique Élisa Boulard, à comprendre les pratiques des lecteurs d’ouvrages numériques, afin de leur fournir des systèmes compatibles avec leurs habitudes de navigation. En deuxième lieu à payer les serveurs qui abritent nos bases de données et les web services utilisés par nos partenaires éditeurs et libraires.

La semaine dernière, nous avons assigné une troisième mission à notre librairie expérimentale. Grâce à elle, nous avons pu valider la robustesse du fameux Hub Dilicom, l’outil interprofessionnel dont se sont dotés distributeurs et libraires.

Dilicom n’est pas un outil comme les autres. Il est le poste d’aiguillage qui permet à des milliers de points de vente de passer des millions de commandes de livres papier aux quelques dizaines de distributeurs qui hébergent toute l’offre éditoriale française. Non seulement passer des commandes, mais aussi recevoir des avis d’expédition, connaître une disponibilité, récupérer le descriptif d’un titre à paraître ou encore bénéficier de factures dématérialisées et sécurisées. Quelle que soit la manière dont les différents distributeurs expriment ces réalités, le libraire y accède donc par une interface homogène.

L’idée simple, c’était de prolonger cette réussite pour l’édition numérique. C’est aujourd’hui chose faite : en nous branchant au Hub Dilicom, nous avons pu accéder directement aux catalogues d’Editis, Eden-Livres, L’Harmattan, Dilithèque et immatériel.fr à l’aide d’un seul web service homogène et complet : quel soulagement !

Mais le véritable enjeu va au-delà de la simplification des interfaces. Le Hub Dilicom permettra aussi à tous les libraires connectés de revendre des services numériques plus élaborés, depuis les offres multi-formats jusqu’aux abonnements, en passant par les mix papier/numérique. Autrement dit, des offres qui apportent une véritable plus-value par rapport au livre papier, et qui prendront en compte la multiplication des situations de lectures.

xavier@immateriel.fr

Vers une librairie web de proximité

À la suite du billet publié au sujet de notre nouvelle librairie, nous vous avions proposé d’envoyer vos avis et remarques pour ensuite en faire un billet de bilan sur le sujet : que manquerait-il pour faire votre librairie idéale ?

Quelques remarques sont arrivées, pas énormément, grands timides que vous êtes, mais les réactions obtenues convergent toutes vers un point : la prescription. Comment le libraire peut poursuivre son travail de conseil et de recommandations dans le cas du livre numérique ?

immatériel・fr n’est pas libraire. Nous sommes distributeurs numériques et avons conçu une librairie à nos couleurs, expérimentale, un laboratoire qui nous permet de pousser le livre numérique vers le web et d’observer les pratiques. Notre système met l’accent sur l’automatisation, sur une recommandation passive. Tout comme l’un de nos jeunes confrères (des gens d’avenir), nous faisons en sorte d’automatiser tout ce qui peut l’être

“Our first reaction in search quality is to look for ways to solve problems algorithmically.”

La clé de ce système : les mots-clés. Fournies par les distributeurs et créées par les éditeurs, ces données qualifient les titres numériques et leurs offrent une visibilité dans les libraires et directement dans les moteurs de recherche, lorsque la structure est suffisamment optimisée pour être indexée par les robots. Plus les mots-clés sont pertinents, plus on de chance de correspondre à une requête, plus ils sont présents dans les résultats !

Un système de chaînage de mots-clés comme le nôtre nous a permis, depuis le lancement de la nouvelle librairie courant octobre, d’augmenter notre chiffre d’affaire de 30%. La quantité de combinaisons de mots-clés possibles nous a offert un immense regain de visibilité. Pour rappel, seulement 20% des visiteurs de notre librairie arrivent par accès direct, tous les autres proviennent de liens recommandés sur des blogs ou de sites (20%) ou des résultats de requêtes des moteurs de recherche (60%).

L’idée, simple, est qu’à partir de bons outils et de son expérience métier, un libraire peut apparaître en tête des moteurs de recherche, après les liens commerciaux payants mais avant les énormes sites marchands automatisés, parce qu’il aura apporté sa réflexion et sa touche humaine à la mise en avant d’un titre, et que la vraie valeur est là. Est-ce la promesse de 1001 libraires ? Un grand et beau projet. À suivre !

La prescription du libraire sur internet passe par d’autres voies qu’en librairie physique. PLV, mises en avant, événements, beaucoup de moyens riches de sens sont mis en place dans les boutiques physiques des libraires, à l’instar de la Griffe Noire, de la librairie Pantoute de Québec ou d’une charmante petite boutique, la librairie Michel à Fontainebleau, 77 (pas de lien : pas de site !). Sur internet, les voies d’accès changent et les moteurs de recherche sont désormais des interfaces qui conditionnent la navigation des utilisateurs. En travaillant avec et dans le réseau, la pertinence sur un/des sujet(s) précis s’accroît et la librairie gagne du terrain dans les résultats de requêtes des moteurs de recherche.

Un exemple concret : la librairie Vitacogita, librairie spécialisée dans le développement durable qui s’appuie sur les outils développés par immatériel.fr, ont gagné en pertinence après avoir retouché les mots clés d’un livre précis et été recommandée par des blogs. Résultat : Vitacogita, présente et recommandée, apparaît plus haut dans les résultats de recherche et vend ce titre plus que nous.

elisa@immateriel.fr

Votre librairie en ligne

Voici comment immatériel・fr conçoit la librairie en ligne aujourd’hui : un écho aux pratiques numériques de 2010.

  • visibilité sur les moteurs de recherche
  • navigation par mots-clés intelligente et intuitive
  • lecture en ligne pour un accès au livre en tout temps, sur tout support connecté
  • interface optimisée pour tout les écrans d’ordinateurs, de liseuse, de tablette ou de smartphone, via un simple navigateur web.

Maintenant à vous de nous dire : que manquerait-il pour constituer votre librairie idéale ? Quelles fonctionnalités ajouter ? Quelles nouvelles portes ouvrir ? Comment concevez-vous le livre aujourd’hui ? Votre avis nous intéresse : sur Twitter, sur Facebook, sur YouTube, par mail, ici-même.

D’ici le 24 novembre, donnez-nous votre avis et vos idées pour une librairie idéale : nous réunirons toutes vos suggestions et les pistes qui se seront ouvertes à la faveur de nos échanges dans un article sur notre blog.

Merci à tous, et à bientôt !

elisa@immateriel.fr

Comment lire vos fichiers avec DRM Adobe sur iPod/iPhone/iPad

Mise à jour: Il existe aujourd’hui une autre application, plus simple d’utilisation : Bluefire reader

Avec l’arrivée de l’iPad, la question de la possibilité de lire les fichiers avec DRM Adobe sur les appareils Apple se pose à nouveau.

Et bien sachez que c’est possible !

Nous vous proposons une petite documentation afin de vous permettre de profiter de vos fichiers sur ces machines relativement simplement. Et surtout, peu importe l’éditeur du livre ou la librairie où vous l’avez acheté.

Bien que cette méthode fonctionne pour le format PDF, n’oubliez pas que le format ePub est généralement mieux adapté aux appareils mobiles.

Nous considérons dans la suite que vous avez déjà acheté votre livre numérique avec DRM, sur notre librairie ou ailleurs 😉

Ce que vous ne devez faire qu’une seule fois :

  1. Créer un compte sur le site txtr.com (cliquez sur les images pour agrandir)
  2. Installer l’application gratuite txtr disponible sur l’AppStore
  3. Renseigner votre identifiant txtr.com et votre Adobe ID sur l’appareil Apple dans l’application txtr :

    Connectez-vous à txtr.com
    Cliquez sur « Enable DRM »


    Renseignez votre Adobe ID

Ce que vous devez faire pour chaque fichier après l’avoir ouvert dans Adobe Digital Editions sur votre ordinateur :

  1. Se connecter sur le site txtr.com et aller sur la page UPLOAD
  2. Cliquer sur Add files, vous pouvez trouver vos fichiers dans le répertoire « Documents/Digital Editions/ » sur Mac et dans le répertoire « Mes Documents\My Digital Editions » sous Windows :
  3. Et voilà ! vous pouvez à présent lire votre livre via l’application txtr !

Source : http://www.txtrblog.de/2009/12/how-to-import-adobe-drm-protected-epubs-into-txtr-iphone-app/


septembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930