Archive Page 3

Eyrolles aussi

Version courte : nous avons le grand plaisir de vous annoncer que depuis ce matin, immatériel‧fr revend dans sa boutique en ligne 250 titres du Groupe Eyrolles (Éditions Eyrolles et Éditions d’Organisation), aux côtés des ex-O’Reilly ressuscités par Digit Books, des livres libres d’In Libro Veritas, des textes du domaine public proposés par le collectif Ebooks libres et gratuits et, bien sûr, des ouvrages de littérature contemporaine réseau-compatible portés au monde par l’équipe de publie.net.

Version longue : pour qui a assisté aux récentes interventions de Guillaume de Lacoste au Salon du Livre ou au forum « Édition et Internet » organisé par Livres Hebdo le 15 janvier dernier (en voici une transcription par Marc-André Fournier), la nouvelle ne devrait pas surprendre.

Pour d’autres, qui pensaient que le statut particulier de Serge Eyrolles — Président du Syndicat National de l’Édition, et à ce titre porte-parole des inquiétudes de l’Édition Française — empêchait le Groupe Eyrolles d’expérimenter sur le front du numérique, cette annonce donne à réfléchir : non seulement Eyrolles a dédié depuis un an un site entièrement consacré à la vente de PDFs, sans autre protection qu’un ex-libris aux armes du lecteur, mais ces mêmes titres sont également en vente dans d’autres boutiques, augmentant à chaque fois leurs chances d’y rencontrer de nouveaux lecteurs.

Dernier revendeur en date, celui que nous connaissons le mieux : la librairie immatériel‧fr ! Vous pouvez maintenant vous promener parmi les milliers de pages qui sont nées ce matin pour accueillir les titres des Éditions Eyrolles et des Éditions d’Organisation.

xavier@immateriel.fr

6 textes offerts par Arte

A l’occasion du Salon du Livre, qui débute aujourd’hui, Arte et Publie.net vous présentent un texte contemporain par jour, et même vous l’offrent !

Quel rapport avec immatériel∙fr ? En bon distributeur numérique, nous nous occupons de la tuyauterie, afin qu’après les avoir ajoutés à votre bibliothèque personnelle sur le site de Publie.net, vous puissiez y accéder 24h/24. Accessoirement, c’est aussi nous qui avons tressé le panier dans lequel vous déposerez le code réservé aux happy few, et divulgué uniquement sur le site d’Arte, sur la page consacrée à chaque texte.

Si vous êtes curieux de savoir à quoi ressemble la littérature contemporaine quand elle s’exprime en numérique, c’est l’occasion ; chaque texte publié par publie.net ouvre des portes jamais poussées auparavant, ça fait courant d’air, et ça vous rafraîchit l’écran en moins de deux !

xavier@immateriel.fr

Réamorçage

Il aura fallu neuf mois de gestation à immatériel.fr pour mettre en œuvre l’infrastructure qui avait commencé à prendre forme dans le cocon des Éditions O’Reilly.

Grâce à la confiance de notre premier client éditeur, publie.net, nous avons pu mettre au point un système de distribution numérique moderne, qui permettra aux éditeurs détenteurs de droits numériques de diffuser leurs ouvrages de façon non exclusive, sous toutes les formes envisageables. Quant aux revendeurs, ils peuvent dès maintenant vendre des accès aux particuliers comme aux grands comptes et aux bibliothèques, sans avoir à investir dans de coûteux systèmes informatiques.

Aujourd’hui, nous sommes fiers de vous présenter la partie émergée de l’iceberg immatériel : cette librairie en ligne servira de site de démonstration et vous proposera le catalogue de nos clients éditeurs dès qu’ils seront disponibles. Voici donc pour commencer deux éditeurs que nous apprécions particulièrement :

  • publie.net, la maison d’édition numérique fondée par François Bon, qui accueille avec clairvoyance des écrivains extraordinaires ; ils disent tous des choses vitales sur le monde présent. En osant la nudité du numérique, ils avivent encore leur parole, et la rendent exactement contemporaine. Essayez-donc un texte pour voir : non seulement ça ne coûte pas cher, mais ça enrichit !
  • Digit Books, elle aussi entièrement consacrée aux supports numériques, est fondée par Dominique Buraud, notre ancienne responsable éditoriale chez O’Reilly. Autant dire une cousine ! Dominique commence par nous offrir une belle surprise en ressuscitant la plupart des livres publiés aux Editions O’Reilly, sous de nouvelles couvertures pleines de clins d’œils (voire de private jokes). Nous en proposons aujourd’hui une vingtaine, mais plusieurs dizaines d’autres vont suivre. Et d’autres projets très ambitieux sont en préparation…

Vous trouverez également au gré de vos recherches sur le site des livres gratuits, souvent des classiques du domaine public, reconditionnés par le collectif Ebooks libres et gratuits.

Pour être informé des nouveautés et de l’arrivée des ouvrages de nouveaux éditeurs, nous ne saurions trop vous recommander de vous abonner à nos flux rss, ou à nous suivre sur twitter !

Et bien sûr, si quelque chose vous chiffonne ou si vous souhaitez nous faire part de vos premières impressions, n’hésitez pas : librairie@immateriel.fr.

L’équipe d’immatériel.fr

Musique en ligne — en finir avec le public ennemi

Vous vous souvenez de la licence globale ? Il y a déjà presque trois ans qu’elle a failli être adoptée par les députés, avant d’être définitivement rejetée un mois plus tard, suscitant une cacophonie où se mêlaient débats légitimes sur l’avenir du droit d’auteur et critiques sur la manière dont le gouvernement traitait le parlement. Cette bataille avait débouché sur l’adoption « en urgence » de la loi DADVSI.

Deux ans et demi plus tard, alors qu’une nouvelle loi dite Hadopi est en préparation et déjà montrée du doigt par le parlement Européen, il n’est plus question de licence globale à l’assemblée nationale, même si d’excellents articles ont continué de creuser la question.

Et pourtant, à lire ci-dessous la proposition que fait Jean Zundel d’un système de distribution de musique au forfait, on se dit qu’il est peut-être temps de relancer la réflexion, à une époque où tout mouvement des industries culturelles semble paralysé par la crainte du piratage.

Jean Zundel <jzu@immateriel.fr> est informaticien, grand connaisseur de l’Internet, spécialiste des infrastructures de confiance (PKI : infrastructures de gestion de clefs, signature électronique, échanges sécurisés). Il travaille actuellement chez OpenTrust (http://www.opentrust.com/) et est aussi musicien : il a sorti plusieurs albums dans le passé sur des labels indépendants, et est toujours en activité (http://myspace.com/youpiyoupiyeah).

Vous pouvez télécharger ici le white paper de Jean Zundel au format PDF. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

xavier@immateriel.fr

De la fierté d’être pipeline

Lorsqu’on ambitionne, comme immatériel.fr, d’acheminer des flux choisis de matière numérique vers des millions de nécessiteux, on doit commencer par repérer des puits qui ne soient pas à sec, ni, pire, bouchés.

Et s’il est un gisement toujours fécond, c’est bien celui entretenu avec passion par l’équipe de publie.net ! François Bon fore sans relâche là où sourd l’or noir de la littérature contemporaine, et il suscite chez ses complices l’envie d’extraire le bitume à main nue, de le raffiner, de le révéler en le portant à la lumière de nos écrans : regardez les traces qu’ils ont laissées sur le seuil aménagé par Philippe De Jonckheere ! C’est gras, c’est généreux, et je me suis laissé dire que les autres pages du site profiteront bientôt de cette densité assumée. Plus loin, on peut continer à chercher le souvenir des marées noires sur ces rochers mille fois relavés, et promus couvertures pour l’atelier des écrivains.

Si vous vous sentez trafiquant de ce genre de pâte, libraire érudit, bibliothécaire expérimenteur ou blogueur spécialisé, commencez donc par contacter le Maître des Puits : si vous faites affaire, immatériel.fr trouvera toujours un moyen de dériver un tuyau jusque chez vous, afin que vos clients s’y alimentent en carburant véritable.

xavier@immateriel.fr

Le fonds O’Reilly rediffusé par Ellipses

[Qu’on se le dise : depuis début mars 2009, résurrection progressive des titres numériques grâce à Digit Books !]

La maison d’édition Ellipses s’est finalement portée acquéreuse des ouvrages papier qui étaient bloqués en stock depuis la liquidation des Éditions O’Reilly.

Ce petit article sur le nouveau blog d’Ellipses officialise la nouvelle, mais ne précise pas quand vous pourrez trouver ces livres à nouveau chez votre libraire favori. Si votre libraire s’est déjà renseigné, n’hésitez pas à partager vos informations dans un commentaire !

Autre question en suspens, est-ce qu’Ellipses obtiendra l’autorisation de réimprimer ces ouvrages auprès des auteurs (pour les ouvrages originaux) et/ou d’O’Reilly US (dans le cas des traductions) ? Nous ne savons pas non plus si les versions PDF seront à nouveau disponibles un jour.

À suivre !

xavier@immateriel.fr

Wikipedia sur papier : retour vers le futur

Dans un article du Monde daté du 23 avril 2008, on apprend que l’éditeur allemand Bertelsmann prévoit de sortir une version papier de l’encyclopédie Wikipédia. Le contenu sera sélectionné par l’éditeur, vérifié et éventuellement corrigé. Une édition annuelle à 19,95 euros est prévue et la sélection d’articles promet de varier chaque année.

Qu’en penser ? Tout d’abord, selon l’éditeur, Wikipedia est l’encyclopédie qui colle au plus près de l’actualité, ce qui justifie sa place au format papier au milieu des autres ouvrages de ce type, cela ne surprendra personne, on pourrait même ajouter que c’est bien l’un des avantages du numérique par rapport au papier. Par ailleurs, la fondation Wikipedia est avant tout un projet ouvert, axé sur une libre contribution ; Bertelsmann s’engage à lui reverser 5% de droits et à se porter garant de la validité du contenu. C’est bien joué de la part de l’éditeur, car si l’on peut lui objecter l’opportunisme de se servir du travail d’autrui pour ses propres affaires, il est plus hasardeux de le critiquer sur son engagement à corriger le contenu si ce n’est sur un point : ces corrections profiteront-elles à la communauté wikipedia ou bien resteront-elles la propriété exclusive de la version papier ?

Maintenant, cela suscite quelques pistes de réflexion alors que l’on parle beaucoup de passer du papier au numérique, cette démarche se situe à contre-courant. Un peu comme des mélomanes qui brûleraient leurs CD pour repasser au vinyl :

  • En quoi la démarche de Bertelsmann préfigure-t-elle l’abolition à terme des frontières papier/contenus dématérialisés ?
  • le papier est-il redondant vis-à-vis des contenus numériques et inversement

Il est vrai que l’on se focalise beaucoup sur le passage au numérique, en oubliant au passage que l’essentiel de la production éditoriale commerciale est toujours au format papier. Dans le cas le Wikipedia, il est intéressant de noter que si les internautes ont toujours eu l’expérience d’une navigation en ligne, d’un lien à un autre, il est peu probable qu’ils aient pu aborder cette encyclopédie comme on le fait en version papier, c’est-à-dire en la feuilletant. Drôle d’idée me direz-vous et pourtant comment expliquer le succès de librairie des Miscellanées de Mr Schott si ce n’est par le plaisir de feuilleter un cabinet de curiosités.

Car il s’agit bien de cela : une encyclopédie dont les articles sont sélectionnés annuellement par un éditeur ne sont rien d’autre qu’un ensemble de miscellanées, une sorte d’almanach comme au bon vieux temps et dont la source est numérique ! Ainsi, Bertelsmann emboîte le pas à tous les éditeurs qui ont, il n’y a pas si longtemps proposé à certains auteurs de blog d’en faire une édition papier. D’ailleurs, il faut s’attendre à voir de plus en plus souvent de bonnes idées au format numérique avoir les honneurs du papier. Le site de Joe la Pompe qui fait régulièrement les délices des amateurs de publicité et de plagiat aura bientôt droit lui aussi à sa version papier. Alors après le roman adapté en film, le site adapté en livre ? Ainsi, la numérisation des contenus au format papier n’exclu pas l’opération inverse, bien au contraire.

Pour autant, les deux formats sont-ils redondants ? Les lecteurs de feu O’Reilly France vous le diront, pour eux les deux formats cohabitent et possèdent chacun leur utilité. Le papier se prête à une lecture soutenue, il peut s’emmener partout et se conserve bien. Le numérique, quant à lui, ne pèse rien, permet d’accéder aux liens hypertextes et aux références croisées en un clin d’œil, et pour les programmeurs, on peut copier/coller les exemples de code. Bien sûr, il s’agit d’ouvrages d’informatique, mais il suffit que chaque format tire parti de ses qualités intrinsèques pour que l’expérience soit enrichie plutôt qu’inutilement redondante. Dans le cas de Joe la Pompe, le plaisir du papier sera de feuilleter les exemples de publicités plagiaires/plagiées en double-page, de l’avoir sous la main comme un bel objet ludique, tandis que le site visera davantage à l’exhaustivité des plagiats qu’à la sélection esthétique. La complémentarité des deux formats devrait donner des nouvelles perspectives aux métiers de l’édition qui devront faire preuve d’imagination et d’audace pour attirer de nouveaux lecteurs.

samuel@immateriel.fr

O’Reilly France, c’est déjà du passé

[Qu’on se le dise : depuis début mars 2009, résurrection progressive des titres numériques grâce à Digit Books !]

Travailler dix ans pour une maison d’édition internationale et indépendante est une expérience rare et gratifiante, qui plus est lorsqu’elle est dirigée par un humaniste comme Tim O’Reilly. On y croise régulièrement des collègues passionnants, subtiles et enthousiastes, venant d’Europe, d’Amérique et d’Asie, qui vous donnent la pêche chaque fois qu’ils vous parlent de leur travail. Jamais avares de leur temps, certains deviennent même des amis.

De temps à autre, on assiste aussi à de petites vagues de licenciements, principalement aux Etats-Unis. On tique un peu, on s’étonne bêtement qu’elles emportent aussi des représentants de la upper middle class, pour qui la vie semblait si facile — du moins tant qu’elle les tenait éloignés des accidents de santé. Puis on passe à autre chose, en se disant que leurs qualités et leur compétences leur permettront de retrouver facilement un boulot.

En France, en dépit de quelques succès dans nos domaines de prédilection (le Web et la programmation) et du travail acharné des 10 membres de l’équipe, il était rare que finissions l’année dans le vert. Il y a deux ans, notre maison mère, à qui la baisse des ventes de livres d’informatique en librairie n’avait pas échappé, nous avait mis au défi de revenir à l’équilibre sans direction commerciale et avec un chef des ventes comme unique représentant pour toute l’Europe francophone (chapeau bas, Rémi !). Confrontés à la réduction des linéaires consacrés à l’informatique dans les librairies traditionnelles, nous avons alors misé sur la montée de la demande en matière d’ouvrages numériques.

C’est ainsi qu’en un an et demi (chapeau bas, Julien !), nous avons construit notre proof of concept, une librairie en ligne intégrée à notre site, forte de 400000 pages virtuelles au 9 mai 2008 (nb : 3 semaines après la fermeture du site, ce nombre était descendu à 10000 !). Nous en sommes assez fiers, même si nous l’avions toujours considérée comme une première étape. En matière de vente de contenu numérique, les résultats ont d’ailleurs dépassé nos espérances : plus de 40% du CA net réalisé grâce à nos seuls ouvrages PDF ! Tout ça sans DRM, ni piratage organisé.

Seulement voilà. 40% du CA sur un seul site, rapporté à notre chiffre global cela ne fait plus que 7%, certainement pas assez pour que la baisse des coûts de production liés au numérique ait un impact sur la rentabilité. Même O’Reilly France, dont les lecteurs étaient particulièrement fidèles et dont le Pagerank était exceptionnel, ne vendait sur son site que 15% de ses ouvrages. La réalité, c’est que la majorité des lecteurs (85% dans notre cas) préfèrent suivre les recommandations d’un revendeur en qui ils ont confiance, ou bien acheter en même temps des ouvrages de plusieurs éditeurs, ou encore grouper toutes ses courses au même endroit, autant de bonnes raisons de ne pas se rendre sur les sites des éditeurs chaque fois qu’on a envie d’acheter un livre. J’insiste, les maisons d’édition ne pourront jamais se passer des revendeurs !

Pour développer nos ventes de contenu numérique au-delà de notre site, il nous aurait fallu quelques mois supplémentaires. Ce nouveau délai ne nous a pas été accordé. Parmi les responsables de la précipitation : la baisse du dollar — toute aide financière provenant des Etats-Unis leur coûtait 20% plus cher qu’il y a deux ans — et… la crise des subprimes : les banques imposent en ce moment à leurs clients des garanties qu’O’Reilly ne pouvait pas fournir sans commencer par couper ses activités les plus fragiles.

Le mécanisme a donc été le suivant :

  1. O’Reilly Media coupe les subventions vers sa filiale ;
  2. O’Reilly France prévoit qu’elle ne pourra plus faire face à ses dépenses et se déclare en cessation de paiement ;
  3. Le juge du tribunal de commerce décide de la liquidation judiciaire le 6 mai ;
  4. Le mandataire nommé par le juge nous demande de ne plus revenir dans nos bureaux, et demande la fermeture du site.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des suites de l’affaire, en particulier si, comme nous l’espérons pour nos lecteurs, une autre maison d’édition se portait candidate pour diffuser à nouveau les titres du catalogue O’Reilly, sur support papier comme en numérique.

xavier@immateriel.fr

Impression à la demande : et si Amazon avait raison ?

Il y a un mois, un entrefilet du Wall Street Journal causa un certain émoi dans la bouquinosphère. Il y était question de la nouvelle politique d’Amazon en matière d’impression à la demande. Il s’agissait pour le libraire en ligne de ne plus vendre d’ouvrages imprimés à la demande, sinon ceux imprimés par son propre service BookSurge. Sachant le poids acquis ces dernières années par Amazon, on se trouvait en présence d’un abus de position dominante manifeste.

À y regarder de plus près, on peut légitimement se demander si l’indignation à l’égard d’Amazon ne reposait pas cette fois sur un quiproquo. En effet, l’expression « impression à la demande » est trompeuse, puisqu’elle fait le plus souvent référence à la notion idéalisée de flux tendu. Or, contrairement à ce qu’on croit généralement, le flux tendu est rarement une bonne option pour les éditeurs.

  • D’abord pour une question de coût : en 2008, imprimer et brocher un livre de qualité professionnelle à l’unité, couverture comprise, coûte souvent plus d’une dizaine d’euros, même sur des machines récentes. Pour l’imprimeur, à moins d’être équipé d’un système très optimisé (type lulu.com), la gestion des fichiers et le calage de l’imprimante représentent des frais fixes élevés qui plombent le coût de revient d’une impression à un seul exemplaire. En revanche, à partir de 5 ou 10 exemplaires, le coût de revient à l’unité peut devenir acceptable.
  • Plus important : disposer d’un stock tampon de quelques exemplaires d’un même titre permet de proposer à ses clients un service de distribution digne de ce nom : il s’agit non seulement de lui faire parvenir l’ouvrage le plus rapidement possible, mais surtout d’être en mesure de panacher dans un même colis des livres à très faible tirage et des livres à plus forte rotation. La présence d’un seul livre imprimé en flux tendu dans un panier de commande retarde toute la chaîne, car l’impression ne se fait généralement pas sur le lieu de stockage des autres livres proposés par l’éditeur.

Or, lorsqu’on prend le temps de lire les arguments de la défense, on apprend que c’est justement de cet enjeu qu’il s’agit. La logique d’Amazon est la suivante :

Pour servir correctement nos clients, nous nous devons de maîtriser le temps nécessaire à l’envoi d’une commande. Pour cela, deux options :

  1. Si vous tenez absolument à vendre un livre en flux tendu via notre site, vous devez passer par notre propre service d’impression à la demande, car ainsi nous contrôlons le timing de chaque étape du processus.
  2. Si vous êtes un éditeur professionnel, envoyez-nous plutôt quelques exemplaires de chaque titre, pour que nous puisions dans ces petits stocks de quoi satisfaire immédiatement les commandes.

Je n’ai pas d’actions chez Amazon, mais je ne vois rien de choquant là-dedans. La fabrication à l’unité est une option intéressante pour un particulier qui souhaite imprimer ses mémoires en deux exemplaires, ou à l’extrême limite pour un éditeur qui souhaite remettre en vente un ensemble de titres sans pouvoir évaluer lesquels se vendront à plus d’un exemplaire dans l’année — quoique dans ce cas il ait probablement intérêt à ne pas passer par Amazon pour les vendre mais par son propre site ! Dans les autres situations, il me paraît beaucoup plus raisonable de contrôler ses stocks que de les éliminer.

J’ajoute que gérer des micro-stocks permet d’alimenter plus simplement plusieurs revendeurs à la fois, ce qui me paraît indispensable si l’on souhaite toucher plus de lecteurs, et moins dépendre d’Amazon…

xavier@immateriel.fr

William Gibson introduit Google dans la création littéraire

Si jusqu’à maintenant le monde du livre a entretenu des rapports de méfiance avec les poids lourds du Web 2.0 que sont Google et Amazon, la question de leur possible utilité pour les auteurs et les éditeurs se pose plus que jamais. Pour une fois, les termes du débat ne proviennent pas d’institutions comme la Bibliothèque Nationale de France ou du Syndicat de National de l’Edition mais d’un écrivain américain populaire et à l’avant-garde des réflexions sur les technologies.

Code Source le nouveau roman de William Gibson est sorti, non sans attirer l’attention des geeks mais aussi des journalistes en mal de matière à penser le présent à l’aune des technologies futuristes. Ainsi, comme pour son précédent roman Identification des schémas où Gibson surfait sur un grand nombre de thématiques contemporaines (les marques, le marketing viral, la Russie ultime patrie des hackeurs, la plasticité des contenus avec un DivX au montage déstructuré etc.), la narration se nourrit d’une mosaïque de thèmes, un peu comme ces murs de photos produisant une image géante.

Quel rapport avec Google me demanderez-vous ? Eh bien Gibson ne s’est pas contenté de gloser sur les possibles applications de la géolocalisation comme grille surimposée au monde réel par opposition à la matrice du cyberespace. En sus de la mosaïque de thèmes, il a écrit avec en tête le système d’indexation de Google. Ce qui nous amène à ce délicieux néologisme qui fait le bonheur des critiques : la googlisation.

La googlisation, c’est l’intégration de l’existence du moteur de recherche comme voie royale pour être lu quand on blogue ou qu’on publie sur le Web. On écrit avec une liste de tags en tête, un titre accrocheur, autant pour le lecteur que pour le moteur de recherche. On utilise les mots et les sujets à la mode dans une course effrénée à la première position dans Google. Le but est d’être le premier à être consulté quand un internaute s’interroge sur un sujet, et entre les termes de sa recherche dans le moteur de Google.

Ainsi les rédactions en ligne sont-elles passées progressivement de l’autre côté du miroir, quand elles se sont préoccupées de rankings et de Google AdSense, d’abord pour augmenter leur popularité, ensuite pour dégager des revenus publicitaires. Un phénomène extrêmement contemporain et jusqu’ici spécifique au Web version 2.0. Dans un tel contexte, la démarche de William Gibson peut apparaître comme logique, voire suiviste (après les blogs, les romans !) à un détail près : les blogs et la presse en ligne sont numériques et prêts à être indexés par Google, les romans, eux, en sont loin.

Cela nous amène à dresser un état des lieux de l’indexation des livres dans Google aujourd’hui (c’est-à-dire avant que les livres ne soient couramment numérisés dans leur intégralité et consultables en ligne comme le propose… Google Book Search !). A l’heure actuelle, un livre est référencé sous forme numérique fragmentée :

  • un titre,
  • un auteur,
  • un prix,
  • un ISBN d’identification,
  • une 4e de couverture,
  • une notice de référencement pour librairies en ligne,
  • les critiques écrites sur le Net à son sujet

Tous ces éléments textuels épars et informations diverses sont autant de cailloux blancs lâchés/jetés pour que le lecteur trouve son chemin vers Amazon ou Fnac.com. Imaginons maintenant la multiplication de ces cailloux si le texte d’un roman de Proust était totalement indexé par Google. On entre Guermantes à tout hasard dans Google ou bien Vue de Delft et le résultat des recherches converge naturellement vers Proust. Bien sûr, la notoriété des écrits de Proust est telle qu’il n’est pas nécessaire d’indexer toute la Recherche pour obtenir ces résultats.

Dans le cas d’un jeune auteur nettement moins connu le gain ne serait-il pas énorme ? Une promotion de type virale de son œuvre. Si par exemple, un Allemand cherche des renseignements sur le lycée Ernst Bloch de Bonn, il y aura de fortes chances pour qu’il tombe sur le site du lycée et pas loin en dessous sur La fille sans qualités de la romancière Julie Zeh.

Allons plus loin dans le raisonnement. Imaginons un auteur en mal de publication mais qui aurait fait indexer son livre par Google. Il augmente sensiblement ses chances de notoriété. Tel Simenon déroulant ses polars sur fond d’ambiance liégeoise qui aurait mis l’un de ses livres en ligne avec un partenariat Adsense, il y a fort à parier que tout internaute en quête d’écrits sur Liège passerait d’une façon ou d’une autre par son site et potentiellement cliquerait sur les publicités de l’office du tourisme de Liège.

A présent, envisageons une position intermédiaire entre le type de données actuellement indexées sur un livre et l’indexation du texte intégral. Une bonne partie du contenu Web 2.0 pensé pour la googlisation s’appuie sur le système des tags. Comme pour ce blog, la spécification de tags pour chaque billet permet de toucher un lectorat qui ne connaît pas immateriel.fr mais qui s’intéresse aux mêmes sujets que nous. Pourquoi ne pas envisager pour chaque livre, non pas les tags un peu prévisibles de classification (roman, psychologie, aventure, sciences humaines, voyage etc…) mais des mots-clés, pensés par l’éditeur ou l’auteur, uniques en un sens car adaptés à un contenu unique. Ces tags constituent une nébuleuse de méta-données propre à ceux qui les choisissent, en quelque sorte, une grille de lecture sous la forme de mots, un index pensé pour le Web. L’avantage est principalement de faire connaître un contenu sans tout dévoiler.

D’ailleurs, si la démarche littéraire de William Gibson pose les jalons d’une réflexion sur l’indexation des contenus comme nouvelle étape de la diffusion du livre, il n’en demeure pas moins que Code Source n’est pas à l’heure actuelle intégralement indexé dans Google ; ne confondons tout de même pas fiction littéraire avec réalité contemporaine !

samuel@immateriel.fr


mars 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031